Mercredi 17 mars 2021 / 20h00
Théâtre des Champs-Élysées

SALVE MÈRE ET REINE

Emőke Baráth, soprano
Carlo Vistoli, contre-ténor
Le Concert d’Astrée
Emmanuelle Haïm, direction

Suite à la dernière prise de parole de Mme Bachelot annonçant un colloque le 8 avril afin de trouver un modèle permettant la réouverture des lieux de spectacle, le Théâtre des Champs-Elysées se voit dans l’obligation d’annuler toutes les représentations programmées en ce mois de mars. Les Caisses du Théâtre sont fermées mais le Service des relations avec le public se tient à votre disposition par téléphone au 01 49 52 50 50 (du lundi au vendredi de 14h à 18h) ou par mail à rp@theatrechampselysees.fr

FRANCESCO DURANTE
Concerto à 4 pour cordes n° 5 en la majeur

DOMENICO SCARLATTI
Salve Regina pour alto et cordes en sol majeur

LEONARDO LEO
Salve Regina pour soprano et cordes en fa majeur

PIETRO ANTONIO LOCATELLI
Sinfonia funebre en fa mineur, op. 2

GIOVANNI BATTISTA PERGOLESI
Stabat Mater pour soprano, alto et cordes en fa mineur

GIOVANNI BATTISTA PERGOLESI, Stabat Mater (Emőke Baráth, Philippe Jaroussky, Orfeo 55, direction Nathalie Stutzmann – Château de Fontainebleau, avril 2014)

GEORG FRIEDRICH HAENDEL, Rinaldo, “Venti turbini” (Carlo Vistoli, Le Stagioni, direction Paolo Zanzu, violon solo Tami Troman, basson solo Jani Sunnarborg – 2018)

CD “Voglio cantar”
Paru en 2019
chez Erato

CD “Amor tiranno”
Parution le 24 avril 2020
chez Arcana

Naples était au XVIIIe siècle le berceau de la musique vocale. Ses musiciens parcouraient tout le continent et ses conservatoires produisaient les chanteurs légendaires faisant les délices des lyricomanes de l’époque. Qu’il s’agisse de Domenico Scarlatti ou de Leonardo Leo, on reconnait immédiatement la marque de cette école : théâtralité de la mise en musique des textes, raffinements harmoniques souvent sensuelles, lignes mélodiques raffinées. Cette tradition connaît un sommet avec le célébrissime Stabat Mater de Pergolesi, qui synthétise toutes ces qualités. Du pain bénit pour deux chanteurs habitués des scènes internationales les plus prestigieuses : avec leurs timbres suaves, une technique sans reproche et, surtout, une poésie tour à tour douloureuse et lumineuse, Emöke Baráth et Carlo Vistoli nous mènent littéralement au ciel. Autour d’eux, Le Concert d’Astrée se fera bien sûr écrin sonore scintillant, mené par la passion musicale proverbiale de sa cheffe Emmanuelle Haïm.

5 – 10 – 30 – 45 – 65 – 85 €

www.emokebarath.com/
www.carlovistoli.com/