Skip to main content

Vendredi 18 novembre 2011 / 20h00
Théâtre des Champs-Elysées

Nathalie Manfrino, Mojca Erdmann, Clémence Barrabé, sopranos
Arturo Chacón-Cruz, Bernard Richter, ténors
Lawrence Zazzo, contre-ténor
Markus Werba, baryton
Renaud Capuçon, Saténik Khourdoïan, violon
Gautier Capuçon, Yan Levionnois, violoncelle
Maciej Pikulski, piano
Ensemble Orchestral de Paris
Frédéric Chaslin, direction

Fauré
“Après un rêve”, “Clair de lune”
Chopin
Grande Polonaise brillante, op.22
Fauré
Sicilienne pour violoncelle et piano, op.78
Massenet
“Elégie”
Liszt
Paraphrase de concert sur Rigoletto
R. Strauss
“Als mir dein Lied erklang, op.68 n°4”, “Schlagede Herzen”, “Morgen!”, “Ständchen”
Schumann
Dichterliebe, op.48, “Wenn ich in deine Augen seh”, “Ich will meine Seele tuachen”, “Im Rhein, im heiligen Strome”, “Ich grolle nicht, und wenn das Herz…”
Liederalbum für die Jugend, op.79, “Das Glück”
Mozart
Cosi fan tutte, “Al fato dan legge”, “Ah! lo veggio: quell’anima bella”, “Per pietà, ben mio, perdona”, “Fra gli amplessi”
L’Enlèvement au Sérail, “Arten aller Arten”
Mitridate, Ré di Ponto, “Venga pur, minacci e frema”
Idomenée, “Quando avrai fine omai… Padre, germani, addio”, “Fuor del mar”
Haendel/Halvorsen
Passacaglia pour violon et violoncelle
Mozart
Don Giovanni, “Madamina, il catalogo è questo”
La Flûte enchantée, “Bei Männern, welche Liebe fühlen”

BIS:
Mozart, Don Giovanni, “La ci darem la mano”

Qui, mieux que Mozart, a composé pour la voix ? Qui, plus que Mozart, a aimé les chanteurs ? C’est à lui que l’on doit sans doute, encore aujourd’hui, les airs les plus inspirés, c’est à lui aussi en partie que l’on doit ce qu’on appellera quelques années plus tard le bel canto… C’est donc avec lui que Les Grandes Voix ont choisi de fêter en grande partie leurs 20 ans, accompagnées des formation et chef adéquats, l’Ensemble Orchestral de Paris dirigé par Frédéric Chaslin.

Les Grandes Voix sont là, tout au long de la saison, et parfois à plusieurs reprises. Pour cette soirée d’anniversaire, aux côtés d’artistes lyriques et instrumentaux, fidèles et emblématiques, comme Nathalie Manfrino ou Renaud Capuçon, la série s’offre de nouvelles têtes d’affiche qui font l’actualité mozartienne nationale et internationale. Le baryton-basse Luca Pisaroni et la soprano Mojca Erdmann triomphent ensemble cet automne au Metropolitan Opera dans Don Giovanni, ils se retrouvent de nouveau pour les vingt ans des Grandes Voix et en tout premier plan.
Le jeune ténor mexicain, Arturo Chacón Cruz, qui partage actuellement le rôle d’Hoffmann à Munich avec Rolando Villazón, a été récemment très remarqué dans le répertoire lyrique et bel canto avec notamment en France au printemps dernier, Werther à Lyon – dans la mise en scène de Rolando Villazón, ou encore le Stabat Mater de Rossini au Festival de Saint-Denis aux côtés de l’Orchestre Philharmonique de Radio France et Myung-Whun Chung. Il chantera bientôt le rôle-titre d’Idoménée aux Etats-Unis, il nous en offre un extrait ce soir en avant-première.
Bientôt Don Ottavio dans le Don Giovanni de l’Opéra de Paris au printemps et aux côtés de Jérémie Rhorer pour Cosi fan tutte ici même au Théâtre des Champs-Elysées, Bernard Richter est l’un des grands (et rares) ténors mozartiens d’aujourd’hui.
Le jeune Mozart n’avait pas délaissé les contre-ténors (autrefois les castrats), les Grandes Voix non plus ! Lawrence Zazzo, qui a remporté un immense succès dans la production de Mitridate à Munich l’été dernier, vient de consacrer un récital aux airs de Mozart pour contre-ténor au Wigmore Hall de Londres, nous avons la chance et le plaisir de l’entendre dans le grand air de Farnace.
La série a également souhaité inviter de jeunes talents à découvrir et à suivre : la soprano Clémence Barrabé qui interprète, entre autres ce soir, le très lyrique air de Constance dans L’Enlèvement au Sérail, et le violoncelliste Yan Levionnois, qui a récemment fait sensation aux côtés de Renaud Capuçon et de Gautier Capuçon pour un mémorable quintette à cordes de Schubert… Les Grandes Voix / Les Grands Solistes ont vingt ans et l’avenir devant eux !

Si le récital avec orchestre est progressivement devenu incontournable dans la série, la musique de chambre, la mélodie et le Lied avec piano ont toujours conservé la part belle. C’est dans les plus petites formes que l’on rencontre les plus beaux joyaux, c’est dans cette intimité musicale et poétique, que les artistes se dévoilent sans doute le plus.
Ainsi, en première partie, des mélodies de Fauré et de Massenet côtoient Lieder de Schumann et de Strauss, sans oublier le brillant piano romantique de Chopin ou de Liszt, sans lequel rien ne serait possible. C’est l’amoureux des voix, Maciej Pikulski, pianiste soliste et chambriste, qui officie pour accompagner chanteurs et instrumentistes avec solos, duos et trios au menu.

Mélodies et Lieder romantiques pour l’émotion en ouverture, airs virtuoses, duos lyriques, ensembles comiques de Mozart pour le spectacle. Joyeux anniversaire !

5-10-35-70-100-140€

En partenariat avec France Musique

www.mojcaerdmann.com/
www.nathaliemanfrino.fr/
www.bernardrichter.ch/
www.lawrencezazzo.com/
www.lucapisaroni.com/
www.maciej-pikulski.org/

Parution du disque “Inspiration” de Maciej Pikulski chez Stermaria le 26 octobre 2011 (Showcase à la Fnac des Ternes le 30 novembre).

 

Voir :

Wolfgang Amadeus Mozart, La Flûte enchantée, “Ach, ich fühl’s, es ist verschwunden” (Mojca Erdmann)

Leave a Reply